La nature et Hayao Miyazaki

La nature et Hayao Miyazaki

de lecture - mots

Des dirigeables Steampunk qui ressemblent à des zeppelins aux planeurs qui nous rappellent sans nul doute les mouettes par leur manière de voler, des îles aéroportées aux des avions conçus dans les moindres détails, des "châteaux" flottants sur pattes : le cinéaste extraordinaire et co-fondateur du Studio Ghibli, Hayao Miyazaki a très certainement pris plaisir à conceptualiser et à concevoir des artefacts mécaniques élaborés, en particulier s’ils impliquent la possibilité de voler. 🪁

Nature Studio Ghibli

Si vous faites partie des quelques chanceux qui ont réussi à regarder son court métrage 2002 « Imaginary Flying Machines » (qui a été projeté au musée Ghibli et à bord des avions JAL) vous vous souvenez certainement de la séquence de six minutes mettant en lumière un poisson et un bateau aux allures de dirigeable.  🚢

Et pourtant, même si les artefacts technologiques rétro-futuristes atypiques sont la marque de fabrique des productions cinématographiques de Miyazaki avec ses héroïnes courageuses et leur défense acharnée pour nature, cela ne se traduit pas par une représentation unilatérale de la technologie qui, pour être franche, va bien au-delà de ses machines volantes à la Da Vinci. 🛫

Au contraire, la technologie et son implication dans la nature humaine sont souvent au cœur du conflit central des films d'Hayao Miyazaki, découvrons donc pourquoi et dans quelles circonstances ! 🌳

La nature abordée dans «Nausicäa, de la Vallée du Vent»

Dans ses premiers travaux de réalisateur, pour «Nausicäa de la Vallée du vent» et pour «Le Château dans le Ciel», tous deux situés dans un avenir lointain, la relation difficile entre l'homme et la technologie avec la nature est palpable. 💐

Nausicäa (qui a été distribué à l'époque du pré-Studio Ghibli) est située sur une terre post-apocalyptique peuplée d'insectes toxiques et dans une jungle toxique, connue sous le nom de "Sea of ​​Decay", avec des établissements humains dispersés dans des zones non contaminées.  🐛

Il s'avère que ce sont des armes biologiques humanoïdes connues sous le nom de "Guerriers de Dieu", créées par des humains, qui ont provoqué l'apocalypse (connue sous le nom de "Sept jours de feu"). Les monstres et les plantes toxiques qui rampent dans la mer de déchets tentent en réalité de purifier le sol souillé par la civilisation humaine. 👫

Et pourtant, cet anime est loin de dépeindre un tableau noir et blanc : la princesse Kushana, qui se présenterait comme l'antagoniste de la princesse la plus pacifiste de Nausicäa, veux réunir tous les êtres humains en récupérant la terre des déchets toxiques et des formes de vie monstrueuses qui en ont résulté. 🚯

Nausicäa

La Paix et la nature confrontées dans «Laputa, le Château dans le Ciel»

«Laputa, le Château dans le Ciel», publié deux ans plus tard, s'inscrit dans une ère steampunk à l'histoire altérée. L'histoire tourne autour du royaume mythique du même nom situé sur une île céleste flottante. Il y fourmille de soldats robots et reste inhabité après avoir été abandonné par ses colons. Et pourtant, ce que nous voyons lorsque les personnages finissent par trouver un chemin vers le royaume céleste est un portrait utopique de la coexistence pacifique entre la nature et le progrès : le seul robot survivant (ce qui nous rappelle des souvenirs dans Nausicäa), que nous considérions comme une machine à tuer à cause des tirs de faisceau gigantesques, consistait en fait à tailler doucement le jardin luxuriant et verdoyant qui entoure ce que nous pouvons appeler en toute sécurité un "arbre de vie". 🌳

Si vous aimez la symbolique des Arbres de vies ainsi que celle de la spiritualité abordée dans de nombreux films d'Hayao Miyazaki,  vous pouvez retrouver ici de nombreux Bijoux Arbre de vie. 💎

Énormément touché par la symbolique de la nature et de la beautés naturelle des choses et des créatures, Hayao Miyazaki nous dépeint une interprétation erroné par certaines personnes, qui nous laisse à croire qu'il faut juger des choses par sois-même plutôt que d'écouter aveuglement des supériorités savantes.

Dans ses entrailles, Laputa recèle un noyau technologique, une arme de grande puissance qui a détruit de nombreuses villes au cours des siècles (y compris, selon la légende du film, Sodome et Gomorrhe). Il est sous-entendu que la famille royale aurait finalement décidé d'abandonner Laputa afin que la technologie qui gouvernait l'île ne soit plus utilisée à des fins perverses, et que ce soit un humain hybride qui ait transformé les robots en armes. 🤖🔪

Lorsqu'à la fin du film, les protagonistes déterminent qu'il vaut mieux détruire Laputa, seul le fond technologique se détache de l'île, tandis que le reste flotte à la surface du ciel : on ne le retrouvera que lorsque les humains seront capables d'utiliser la technologie sans intention de nuire. 🔫

Laputa, le Château dans le Ciel

La nature abordée dans «La Princesse Mononoké»

«La Princesse Mononoké» en 1997, présente une autre représentation nuancée de la relation entre l’humanité, le progrès et la nature : dans le but de faire d’Iron Town un établissement économique florissant, Dame Eboshi a abattu de nombreux arbres qui ont enragé les dieux de la forêt. 🌲

Aussi facile que cela puisse être de rejeter l'acte de Dame Eboshi, Miyazaki ne le fait pas : en fait, en créant cet accord, ce personnage a sauvé des lépreux et les travailleuses du sexe des classes marginales de la société et a en fait pu leur donner du travail au sein de la Ville de fer. 🧲

La Princesse Mononoké

Le contraste des technologies dans le «Château Ambulant»

De manière moins évidente, dans «Le Château Ambulant» en 2004, la technologie crée une déconnexion de la nature et les cuirassés destinés à la guerre brillent de modernité, tandis que le château de Hauru ressemble à un artefact d'une autre époque. 🏯

Même s'il n'est pas directement concerné par l'utilisation abusive de la technologie par les humains, Miyazaki considère toujours l'humanité d'un œil critique. 👨‍💻

En fait, à côté de l'évolution technologique, nous pouvons convenir que, comme l'a écrit le critique de cinéma AO Scott en 2005, "l'ambition politique et la cupidité sont les véritables racines du mal" dans les films de Miyazaki. 💾

Château Ambulant

La guerre dans «Porco Rosso»

Dans «Porco Rosso» en 1992, le pilote d'avion à la face de cochon, connu auparavant sous le nom de Marco Pagot, a choisi d'abandonner complètement sa nature humaine après avoir été témoin des horreurs de la Première Guerre mondiale et de la montée des régimes totalitaires. 🐷

"Je préférerais de beaucoup être un cochon plutôt qu'un fasciste", a-t-il déclaré à une ancienne connaissance qui avait juré de rester loyal à Mussolini. 🔒

Porco Rosso

La Spiritualité dans «Le Voyage de Chihiro»

Quant au «Voyage de Chihiro» en 2001, c’est une légende qui s'illustre dans cet anime, bien que la protagoniste Chihiro / Sen aide un client particulièrement puant, qui se révèle en fait être un être pollué, elle restaure à la santé et l'esprit du Kaonashi pour ainsi pouvoir le libérer de son enveloppe dont il est prisonnier. 🔗

Yubaba, la propriétaire des bains publics, dirige son établissement comme un capitaliste avide. L'avidité est aussi caractéristique de ses propres parents, qui pensent que c'est bien de manger la nourriture de la ville des esprits parce qu'ils ont de l'argent et qu'ils peuvent payer. En guise de punition, ils sont transformés en cochons. 🐖

Voyage de Chihiro Spiritualité

Si tu es sensible à la thématique de la spiritualité, n'hésite pas à aller voir le site de Pierre Lune ! Grâce à eux, tu pourras retrouver toutes les réponses que tu te poses sur la spiritualité et les bienfaits que procurent pierres de lunes. 💎🌙

Terre et mer dans «Ponyo sur la Falaise»

Dans «Ponyo sur la falaise» en 2008, le père de Ponyo, le sorcier sous-marin Fujimoto, révèle qu'il "avait l'habitude d'être humain" mais qu'il avait abandonné sa nature. "Ils traitent leur maison comme leurs âmes vides et noires", a-t-il expliqué au sujet du comportement humain vis-à-vis de la planète. 🌍

Il s’intéresse principalement à l’équilibre de la nature et, lorsque sa fille en forme de poisson, Brunehilde, décide qu’elle se veut humaine (et qu’elle adopte le nom de Ponyo), cette décision provoque un tsunami aux proportions épiques. 🐟

Les liens qui unissent la Nature et les films du Studio Ghibli

Tous ces aspects des films de Miyazaki sont réunis dans une scène charnière du «Vent se lève» en 2013, le biopic fictif du concepteur d'avions Mitsubishi Jiro Horikoshi, qui était, jusqu'à il y a quelques semaines, sa dernière œuvre : dans une séquence de rêve, Le comte ingénieur d’avions Caproni, chaperon, Jiro Horikoshi, qui allait devenir l’ingénieur en chef de nombreux avions de combat Japonais lors de la Seconde Guerre mondiale, autour de sa dernière invention, lui posa une question mystérieuse : "Que choisirais-tu, un monde avec des pyramides ou un monde sans ?" demanda t'il d'un ton d'oracle. Horikoshi hésite. "L'humanité a toujours rêvé de voler, mais le rêve est maudit."

Caproni continua ensuite: "Mes avions sont destinés à devenir des outils pour l'abattage et la destruction." Pourtant, même si Caproni choisit "un monde avec des pyramides." La réponse d'Horikoshi, aussi naïve que cela puisse paraître, est la suivante: "Je veux juste dessiner de beaux avions."

Les liens qui réunissent Hayao Miyazaki à la nature dans ses Films - Passion Ghibli®


Newsletter

Recevez nos articles dans votre boite email.