La spiritualité dans les films d'Hayao Miyazaki

Spiritualité -

La spiritualité dans les films d'Hayao Miyazaki

de lecture - mots

La spiritualité est un concept large qui laisse place à de nombreuses perspectives. En général, cela inclut un sentiment de connexion à quelque chose de plus grand que nous, et cela implique généralement une recherche de sens dans la vie. Dans les films d'Hayao Miyazaki, on remarque une connexion souvent omniprésente des personnages avec la nature. Nous avions déjà abordé ce thème dans un précédent article sur les liens qui réunissent Hayao Miyazaki à la nature dans ses films, mais le concept va bien au delà de ça. 

Hayao Miyazaki s'implique à créer une relation complexe et profonde entre ses personnages et les éléments naturels, ce qui rend la vision de ses films très spirituelle d'un point de vue extérieur. Nous allons donc voir ensemble les différents aspects que peuvent prendre la spiritualité dans les films du Studio Ghibli !

La spiritualité abordée dans « Mon Voisin Totoro »

Il y a un moment dans le film « Mon Voisin Totoro » d'Hayao Miyazaki assez important dans l'approche de la spiritualité. Satsuki Kusakabe cherche sa sœur disparue, Mei. Cherchant de l'aide, se précipite vers l'immense arbre à camphre où vit la créature magique Totoro. Elle s'arrête un moment à l'entrée d'un sanctuaire shintoïste qui abrite l'arbre de Totoro, comme si elle envisageait d'y prier pour lui demander de l'aide.

Mais ensuite, elle rentre chez elle en courant et trouve le chemin de la demeure de Totoro à travers le tunnel de buissons où Mei l'a rencontré pour la première fois. Totoro convoque le Chat bus, qui emmène Satsuki à l'endroit où Mei est assise, le long d'une route de campagne solitaire bordée de petites statues de Jizo, le Bodhisattva (désigne un bouddha avant que celui-ci n'ait atteint l'éveil).

Bodhisattva Totoro

C'est l'hésitation de Satsuki devant l'entrée du sanctuaire qui est subtile, et ce qu'elle raconte implicitement sur la nature des esprits et de la religion dans le film. Nous ne considérons pas vraiment les films d'Hayao Miyazaki comme religieux ou même spirituels, malgré leur magie abondante, mais certaines de ses œuvres les plus célèbres sont pleines d'iconographie shintoïste et bouddhiste - comme ces statues de Jizo, ou les cordes sacrées Shimenawa attachées autour de l'arbre de Totoro et indiquant le bain du dieu fleuve dans « Le Voyage de Chihiro ».

Mais Miyazaki n'est pas un évangéliste : les dieux et les esprits de ses films ne suivent ni ne respectent les rituels de la religion. Cependant la relation entre les humains et les dieux reste primordiale.

Studio Ghibli Totoro

Quelle est la différence entre le Bouddhisme et le  Shintoïsme ?

L'une des questions fréquemment posées par les étrangers est de comprendre la différence entre le shintoïsme et le bouddhisme. Le shintoïsme est la religion indigène du Japon basée sur le culte de la nature. Il est polythéiste et n'a ni fondateur ni script. La chose la plus importante dans cette religion est la pureté. Les divinités shinto sont enchâssées dans des sanctuaires.  

Le bouddhisme quant à lui a été introduit à travers la Chine et la Corée au Japon au 6ème siècle, et il a été fondé par Bouddha et possède un script. Le bouddhisme enseigne comment atteindre l'illumination. La statue de Bouddha ou divers types de divinités bouddhistes sont vénérés dans les temples. Si tu désires te rapprocher spirituellement du bouddhisme tu peux te procurer une Statue Bouddha afin d’apporter à ton intérieur une ambiance chaleureuse et zen.

Tirelire Kaonashi

Qu'est ce que le shintoïsme ? Shinto ("la voie des dieux")

Le Shintoïsme est une croyance du peuple japonais, elle est aussi vieille que le Japon lui-même. Elle reste la principale religion du Japon aux côtés du bouddhisme.

Shintoïsme Japon

C'est une religion profondément enraciné dans le peuple et les traditions japonaises. Contrairement à de nombreuses religions monothéistes, il n'y a pas d'absolu dans le shinto. Il n'y a pas de bien et de mal absolu, et personne n'est parfait. Le shinto est une foi optimiste, car les humains sont considérés comme fondamentalement bons, et le mal serait causé par des esprits maléfiques.

C'est là que l'on voit la similarité dans les films du Studio Ghibli. Le but de la plupart des rituels shinto est d'éloigner les mauvais esprits par la purification, les prières et les offrandes aux kami. Les "dieux shinto" sont appelés kami. Ce sont des esprits sacrés qui prennent la forme de choses et de concepts importants pour la vie, comme le vent, la pluie, les montagnes, les arbres, les rivières et la fertilité. 

Les humains deviennent des kami après leur mort et sont vénérés par leurs familles comme des kami ancestraux. Les kami de personnes extraordinaires sont même inscrits dans certains sanctuaires. La déesse du soleil Amaterasu est considérée comme le kami le plus important de Shinto.

Le Shintoïsme dans « Mon Voisin Totoro »

Les dieux et les esprits de Miyazaki ne sont pas explicitement basés sur un "kami" japonais reconnaissable. En fait, que Totoro soit un esprit shintoïste ou non est un mystère. Il vit dans un arbre sacré sur le terrain d'un sanctuaire shintoïste. Le père des filles les y emmène même pour remercier Totoro d'avoir veillé sur Mei au début du film. Mais Satsuki appelle Totoro un "obake", un mot habituellement traduit par "fantôme" ou "monstre".

Totoro et satsuki

Miyazaki lui-même a insisté sur le fait que Totoro était une créature des bois qui mangeait des glands. Est-il un esprit shintoïste ? Un monstre ? Un animal ? Une invention de l'imagination des filles ? Le film, non seulement ne répond pas à la question, mais ne se soucie même pas particulièrement de la poser.

On trouve chez le Studio Ghibli un contraste rafraîchissant avec de nombreux films américains pour enfants, où amener des adultes sceptiques à croire en une entité surnaturelle est souvent la charnière de l'histoire.

Les adultes dans les films de Miyazaki savent que les esprits sont réels (dans « La Princesse Mononoké ») ou ne questionnent pas leurs enfants quand ils leur racontent des histoires fantastiques (« Mon Voisin Totoro » et « Ponyo »). Les seuls adultes qui expriment des doutes sont les parents de Chihiro dans « Le Voyage de Chihiro », et ils se transforment en cochons. Croyez aux esprits ou non, ils demeurent néanmoins présents.

Totoro et chihiro

Rituels et croyances Shintoïstes - l'Encens

Hayao Miyazaki puise sans aucun doute ses croyances dans la culture Japonaise, où il y est ancré deux religions principales : Le bouddhisme et le shintoïsme. Beaucoup de gens qui suivent ces deux religions et nous avons vu un peu plus tôt dans cet article comment les différencier.

Le shinto est la religion traditionnelle du Japon, avec l'adoration de nombreux dieux, tandis que le bouddhisme est davantage une question de spiritualité et d'état d'esprit. Une grande différence entre les deux devient évidente en entrant dans un sanctuaire ou un temple. Dans un temple, il y a un brûleur d'encens, mais dans un sanctuaire, il y a une fontaine de purification.

L'encens a différentes utilisations dans la culture japonaise, principalement spirituelles mais aussi pratiques. Il est de coutume en entrant dans un temple de souffler la fumée d'encens sur une partie malade de votre corps, si vous en avez, car la fumée d'encens est perçue comme ayant des propriétés curatives (Cela nous rappelle le bureau de Yubaba et les incantations de sa sœur dans « Le Voyage de Chihiro »)

Encens Japon

Bien que l'encens brûlant ait ses associations avec le bouddhisme et ne fasse pas partie intégrante de la religion shinto, la croyance selon laquelle l'encens purifie le corps et ses environs est largement répandue au Japon, si ce n'est à tous.

L'encens peut être de trois types, sous forme de bâtons, de cônes ou de bobines. Si vous désirez vous en procurer, n'hésitez pas à aller jeter un coup d’œil chez Nature Encens, une boutique qui possède sa propre collection d'Encens afin d'apaiser votre esprit ou votre corps.

La Spiritualité dans « Le Voyage de Chihiro »

Beaucoup d'entre eux habitent, ou du moins fréquentent, les bains publics de Yubaba dans « Le Voyage de Chihiro ». Beaucoup de kamis qui apparaissent dans « Le Voyage de Chihiro » sont très étranges, comme des poussins énormes et un esprit de radis géant. Vous vous souvenez ?

Otori-sama Voyage de Chihiro

Mais certains ressemblent à des dieux japonais traditionnels, comme le Haku et le Kaonashi, alias "l'esprit puant", qui sont tous deux des dragons de rivière (contrairement à leurs homologues occidentaux associé aux flammes, les dragons japonais sont généralement associés à l'eau). Tous deux ont été profondément blessés par des humains : La rivière du Haku a été remblayée et pavée pour faire place à des immeubles d'habitation ; et "l'esprit puant" est pollué par les ordures et les déchets humains, d'une ligne de pêche à un vieux vélo.

Les dieux semblent plus vulnérables aux caprices des humains que l'inverse. Pas étonnant que Lin et les autres employés du sauna aient si peur de Chihiro quand ils découvrent qu'elle est humaine. La spiritualité dans « La Princesse Mononoké » La tension entre les humains et les esprits dégénère en guerre totale dans « La Princesse Mononoké », où Dame Eboshi se bat contre les dieux de la forêt pour qu'elle puisse étendre ses activités d'extraction de fer.

Les kamis de la princesse sont des créatures des bois : loups, sangliers et cerfs. Ils sont aussi imposants que Totoro, mais beaucoup moins câlins. Comme la nature sauvage elle-même, ils sont élémentaires, puissants, dangereux et sources de vie et de mort. Mais ils sont aussi vulnérables. La pollution et la violence de l'homme peuvent corrompre la nature et les esprits - l'une des balles de Dame Eboshi transforme un dieu sanglier sauvage en un démon déchaîné - mais ces dégâts se répercutent sur l'humanité, touchant particulièrement les plus vulnérables d'entre nous (tout comme les nations et communautés pauvres sont actuellement les plus touchées par le changement climatique).

Sanglier Princesse mononoké

Ce n'est pas Dame Eboshi qui est maudit par le démon sanglier, après tout ; c'est Ashitaka, un membre du peuple indigène Emishi. Et quand Dame Eboshi parvient à tuer l'esprit de la Forêt avec son fusil à l'apogée du film, cela envoie un déluge littéral de mort sur l'ensemble du paysage. Miyazaki ne peint pas en noir et blanc.

Dame Eboshi est peut-être une tueuse de dieux, mais elle est aussi très sympathique et même admirable. C'est une femme qui s'est taillé un siège de pouvoir dans le Japon féodal, et elle utilise ce pouvoir pour donner un abri et des emplois aux membres marginalisés de la société, y compris les lépreux, les prostituées et Ashitaka lui-même.

Si la déforestation et l'industrialisation mettent l'humanité en conflit avec l'environnement et même avec les dieux, cela peut aussi être la seule chance pour les pauvres et les exclus de survivre.

Les seuls vrais méchants de la Princesse sont les samouraïs locaux, dépeints comme de violents goons, et Jikobo, un moine bouddhiste au service de l'Empereur qui cherche à recueillir la tête du Grand Esprit de la forêt. L'Empereur veut la divinité parce qu'en la possédant, il est supposé accorder l'immortalité.

Perversion des rituels religieux Japonais dans « La Princesse Mononoké »

Le désir de l'empereur anonyme d'obtenir la tête coupée d'un dieu est une perversion du rituel religieux japonais. Plutôt que de leur faire des offrandes et d'implorer les dieux pour la faveur de son peuple, cet Empereur fictif veut tuer un dieu pour gagner la vie éternelle pour lui-même.

Dieu de la nature princesse mononoké

C'est un point d'intrigue petit mais assez radical, étant donné qu'à l'époque où le film se déroule, l'Empereur était lui-même considéré comme un kami et un descendant direct de la déesse du soleil. Miyazaki n'accuse pas le trône du chrysanthème, cependant, mais plutôt la soif égoïste de gain personnel des puissants. Les dieux peuvent être corrompus en démons porteurs de malédiction, tout comme ceux - comme le moine Jikobo et l'Empereur - qui sont censés servir d'intermédiaires. La spiritualité positive au sein des films d'Hayao Miyazaki.

Mais si les relations entre les kami et les humains peuvent être tendues et même mortelles, elles peuvent aussi être intimes et positives. - Satsuki et Mei donnent un parapluie à Totoro et il leur donne un paquet de graines. - La déesse louve Moro élève San comme son propre enfant, et quand elle grandit, San se bat pour la forêt contre Dame Eboshi. - Haku sauve Chihiro de la noyade, et elle risque à son tour sa vie pour sauver la sienne et le libérer du service de Yubaba.

L'intimité spirituelle et la mythologie dans les films du Studio Ghibli

Cette intimité se manifeste surtout dans le film Ponyo, dans l'amour entre un petit garçon nommé Sosuke et un poisson rouge qui se transforme en fille grâce à une goutte de sang de Sosuke et quelques puissantes potions magiques.

Ponyo

Alors qu'il se déroule au Japon comme « Mon Voisin Totoro », « Le Voyage de Chihiro » et « La Princesse Mononoké », le monde surnaturel de Ponyo est un mélange mythologique. Ponyo est basé sur « La Petite Sirène » de Hans Christian Andersen, mais il fait également écho au conte populaire japonais d'Urashima Taro, sur un jeune pêcheur qui sauve une tortue de mer et est récompensé par une visite au palais sous-marin du kami Otohime.

Le nom de naissance de Ponyo est Brunhilde, un clin d'œil à la fille Valkyrie de Wotan dans le Nibelungenlied allemand. Et sa mère est Gran Mamare, une déesse de la mer avec un nom latin, mais qu'un marin japonais appelle Kannon, la déesse bouddhiste de la miséricorde. Plus que tout, elle semble être l'océan lui-même, ancien et d'une puissance incommensurable.

Man mamare Ponyo

Nos mythes religieux et nos contes populaires, suggère Ponyo, ne sont que des approximations de la vraie nature de la terre et de ses esprits.

Les enfants, l'amour et la spiritualité dans les films d'Hayao Miyazaki

Dans tous les films de Miyazaki, ce sont les enfants qui saisissent le mieux cette nature. Sosuke et Ponyo s'aiment, Chihiro et Haku aussi.

amour films studio ghibli

Aucun adulte ne voit jamais Totoro ou le Chat bus, bien qu'ils puissent sentir leur présence dans l'inclinaison d'une musique étrange à l'antenne ou d'une rafale de vent, cela peut même s'étendre aux spectateurs : par exemple, le coup de vent qui souffle le bois des mains de Satsuki est probablement le Chat bus invisible passant près d'elle, au début du film.

Ce n'est pas le fait que les enfants soient purs et innocents comme critère obligatoire - les jeunes protagonistes de Miyazaki sont complètement humains et imparfaits. Ils sont juste ouverts aux esprits alors que les adultes ne le sont pas. Ils ne transmettent pas leur expérience de la nature et du monde à travers les rituels de la religion ou des visions du monde élaborées. M. Kusakabe pourrait visiter le sanctuaire de l'arbre à camphre pour parler à Totoro, mais Satsuki et Mei ne l'y amène pas, car finalement, elles peuvent trouver leur chemin vers lui depuis leur propre chef.

Les adultes voient ce qu'ils s'attendent à voir. Les enfants ont peu d'attentes à l'égard de ce qui se cache et de ce qui ne se cache pas dans le monde, ce sont eux qui aperçoivent des ombres qui se déplacent sur une allée d'un parc d'attraction abandonné, un poisson rouge transformé en fillette, ou un petit esprit blanc qui marche sur l'herbe.

Les films de Miyazaki ne nous invitent pas à un croyance particulière ou même à croire au surnaturel, mais ils nous invitent à voir l'inattendu et à respecter l'esprit des arbres et des bois, des rivières et des mers. Comme Totoro, leur vraie nature et leur raisonnement dépassent notre compréhension.

Appelez-les kami, ou dieux, ou esprits, ou créatures des bois, ou Mère Nature, ou l'environnement tout simplement. Ils sont là si nous savons où chercher, et leurs dons pour nous sont prêts si nous savons comment les trouver. Nous n'avons qu'à les approcher tel un enfant, comme Satsuki, Mei, Chihiro et Sosuke, avec les yeux et le cœur ouvert.

Kami Studio Ghibli | Passion Ghibli

 La spiritualité dans les films d'Hayao Miyazaki - Passion Ghibli®


Newsletter

Recevez nos articles dans votre boite email.